Sahara … L’Appel du Désert !

13 jan

« Dire ou penser « désert ». Le silence se fait en soi. Tandis qu’à notre insu monte le désir d’un ailleurs, d’une autre vie. Mot-clé net et lumineux qui appelle. » Extrait de Yvon le Corré, Taïeb. Une rencontre au désert, Tours, 2002.  

IMG_5751C’est depuis les routes d’Algérie et du Mali que l’auteur a découvert et apprivoisé le Sahara. Dans ce livre magnifique, il rend hommage, par l’écriture et l’aquarelle, aux pays et aux peuples qui appartiennent à la plus vaste étendue de terres arides au monde … Al-Sahra !

5000 km de sable chaud, de couleurs ocres, de cultures diverses, de paysages époustouflants,  et d’histoire, celle qu’il porte depuis la nuit des temps … Comment décrire l’indescriptible ?

Extrait de mon carnet de voyage : « 13  janvier 2017. Départ d’Er-Rachidia en fin de matinée, après un petit-déjeuner en terrasse à l’hôtel le France … omelette et petit pain au chocolat ! On se trompe un peu de route, 50 km en trop, à l’est, direction l’Algérie …Alors demi-tour, nous voilà sur les routes du Désert … Spectacles magnifiques encore, oueds, palmeraies gigantesques, et puis peu à peu, les paysages arides, des cailloux et encore des cailloux …

Khalid nous avait conseillé une auberge, le Soleil bleu, juste avant Merzouga … Un endroit superbe, rénové à la mode berbère, murs en chaux, tapis, extérieur … On fait une pause et puis, en route pour les dunes !

De l’émotion, à n’en plus finir, des larmes, des peurs, mais aussi la joie, de la beauté et du divin ! Des kilomètres de sable, c’est incroyable, cette couleur, cette densité … Le vent glisse dans les oreilles et semble parler ! Chacun avance seul, je vois Tom marcher à grands pas dans les dunes ocres … il semble si loin ! Et Christophe, moins téméraire, reste en contrebas, dans les dunes beiges. Moi, je suis entre les 2, je marche et puis m’assois, je réfléchis … Je laisse plein de choses, là, dans le désert et puis je me recharge. Le Sahara, c’est comme un appel, qui me pousse à venir, et revenir encore … 

Une caravane de chameaux passe au loin, c’est beau ! Attraction des yeux, des pieds et des pensées …

Le soleil décline au loin, c’est magnifique, un coucher de soleil face au Sahara ! On doit rentrer .. C’est la lune pleine et rousse qui se lève maintenant à l’horizon. Second spectacle ! « 

IMG_0663

Papa Sahara est une source d’inspiration inépuisable … Petit extrait d’un conte écrit à mon retour :

Frères du désert 

A l’aube de la vie, au moment où les âmes regagnent les corps, et quand la lumière inonde à nouveau le monde, Thomas s’éveilla, au cœur du désert, sur la plus haute dune du Sahara …

Des milliers de grains de sable dorés tournoyaient dans le vent, tels des étoiles. Ils formaient les étoiles diurnes qui accompagnaient le lever du soleil … Thomas écouta le vent, qui semblait lui apporter un message. Le vent souffla, et souffla encore, formant des tourbillons de sable. Le désert entier vibrait. Thomas, au centre du Sahara, sur la plus haute dune, se releva. Il s’assit en tailleur, ouvrit grand ses yeux verts d’émeraude et écouta. Il écouta encore le vent, il écouta le sable ocre gorgé de chaleur, il écouta le ciel bleu azur, il écouta le soleil, majestueux en son lever, pointant à l’horizon. Il posa ses mains au sol, y laissant ses empreintes. Le sable qui le portait était si dense et si lourd qu’il semblait contenir toute l’histoire de la terre … Thomas ne savait pas d’où il venait, ni où il allait. Il était là, au cœur du désert, sur la plus haute dune du Sahara. Il n’avait peur de rien. Rien ne pouvait l’atteindre ici. Il se sentait invincible et empli d’une grande quiétude. C’est alors qu’au loin, dans un halo de lumière, il vit une petite silhouette, tâche bleue au milieu d’un océan de sable. De ses yeux perçants, Thomas distingua un enfant, de la même taille que lui, vêtu d’une grande et longue djellaba bleue lapis-lazuli, parsemée de fils d’or  reflétant le soleil. Sa tunique était tellement longue qu’elle formait derrière lui un pan de tissu infini, tel un tapis d’orient qui rejoignait le ciel, ne faisant qu’un avec lui. Il portait également un large turban sur la tête assorti au costume. Le jeune homme s’approchait lentement, déformé par le mirage … Thomas semblait l’attendre depuis toujours, depuis la nuit des Temps … Il souriait, de son sourire le plus lumineux, et son sourire se répandit dans tout son corps, jusqu’à ses pieds, et des ses pieds, il se propagea dans tout le sable du Sahara, et les grains de sable le transmirent au vent, et le vent au ciel, et le ciel au soleil … Le garçon à la djellaba bleue infinie semblait, lui aussi, sourire. Au terme d’un long voyage, il parvint enfin à son but. 

« Asallam Alaykoum khôya, Thomas ! Tu es venu, enfin ! Je t’attendais depuis si longtemps. Regarde comme mon pays est beau. Regarde comme le désert est paisible. »

Thomas ne comprenait pas la langue de son compagnon, mais il la trouvait si belle, si pure. Elle chantait dans son cœur. Sans la comprendre, il discerna tout de même le message de paix qu’elle semblait lui transmettre. « Bonjour mon frère, viens en paix ! Merci pour ton accueil, et d’être venu à moi ! Tu as l’air si épuisé … viens t’asseoir près de moi. Nous contemplerons ensemble ton royaume ! Tu es comme un prince, ton habit est si éblouissant… » Alors le garçon au teint cuivré et aux yeux d’amande marron ambrés s’agenouilla auprès de Thomas et ils marquèrent tous deux un silence, comme en signe de respect. « Comment t’appelles-tu frère du désert ? » « Mon nom est Redwan, le satisfait ! Fils de Mohamed et Djamila. Ma famille compte de nombreux enfants, je suis le 7e et nous vivons dans le désert depuis des générations. Ma culture est celle des touaregs, les sages des contrées désertiques » ….

IMG_0971[1] Et pour l’illustrer, voici « Le Touareg » … 

Je vous souhaite, un jour, de faire l’expérience du désert, et que quelques grains de sable dorés restent bien accrochés à votre manteau …

Très bon week-end,

Elsa, fille du désert !

2 Réponses à “Sahara … L’Appel du Désert !”

  1. Touma 15 janvier 2018 à 18 h 59 min #

    Aurores au rocher.
    Gibraltar est un géant couché
    Soleil commence par lui caresser les pieds
    L’homme s’attend à le voir se lever
    Et du dernier pas qu’il lui a manqué
    Rejoindre Madame Afrika de l’autre coté
    Son bras droit, le long du flanc, dans l’ombre caché
    La main gauche posée sur le coeur se laisse deviner

  2. elsaartetecriture7 15 janvier 2018 à 20 h 35 min #

    Mon frère le poète :) beau !

Laisser une réponse

4czarts |
Un espace où la nudité a le... |
Tintinabules |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Zedzmaele
| marquart68
| JP KARAN BORDERIE Artiste P...